Du Tribalisme et de la fragmentation du tissu social !

Les êtres humains, peut-être même depuis la nuit des temps, se sont « auto-organisé » autour d’intérêts communs, de croyances, que l’on vénère les dieux et déesses, Dieu, que ce soient les idées politiques, la musique, ou le vin. Ces affiliations sont tribales en nature, alors pourquoi n’en serait-il pas de même pour la technologie (tribalisme technologique; angl. : Tech tribalism)? Si j’ai une affinité avec les caractéristiques de l’objet, si je peux m’y identifier et qu’elle devient une partie de qui je suis, de ce que je pense être, alors une connexion se met en place, affective, proche de l’attachement.

Certaines affiliations tribales s’incrustent plus profondément que les affiliations avec le sport, les idées politiques, etc. Ainsi, il n’est souvent pas suffisant pour les membres d’une entité groupale de simplement soutenir leur propre « tribu », ils doivent se tenir en opposition aux tribus rivales, car elles ne peuvent plus être ignorées.

Les humains occidentaux sont comme des « personna », confrontés à des « masques », et ont moins une identité (caractère permanent et stable d’un individu, d’un groupe) que des identifications (processus par lequel un individu s’assimile à une autre personne). L’acquisition de l’identité était jusqu’à aujourd’hui le sommet de l’éducation, l’apogée de la socialisation. Mais, nous assistons maintenant à un passage de l’identité aux identifications multiples. En fait, maintenant prévalent des « affinités électives » qui ne sont plus le fait de quelques-uns, mais qui sont le fait d’un assez grand nombre et qui nous constitue en tribus au sein de nos institutions. On assiste donc à une fragmentent en entités microscopiques de la société.

Le Tribalisme, comme sentiment d’appartenance à une tribu, c’est à dire à un groupement humain ayant en partage des affiliations, des identifications. Mais le Tribalisme empêche-t-il l’exclusion quand nécessairement on valorise sa propre identité, sa tribu ou son ethnie au détriment de celles des autres? La fragmentation de la société en entité microscopique (tribu) désaffilie les humains, entraîne une fragmentation de l’identité culturelle d’une société. La métaphore de la « tribu » permet de prendre acte de la métamorphose du lien social.

Or, notre société tente de prendre acte de ce que l’on considère comme « l’échec du multiculturalisme ». Ainsi, la mise en pratique du multiculturalisme est inenvisageable dans une société constituée de tribus. L’identité qui forgeait l’individu fait maintenant place à des attributs plus ou moins permanents. L’identité ne relève plus du statut social, mais de diverses affiliations au gré des choix de chacun.

Les réseaux sociaux sont un bel exemple de ce néo-tribalisme (Tribalisme moderne). C’est donc la surmultiplication des identifications qui entraine une fragmentation de la structure sociale. En plus l’inexistence de récit médiatique sur l’opportunité des amitiés solides, des liens sociaux et communautaires. Ce sont ces liens sociaux, faisant partie des mailles du tissu social, d’où émerge la super entité (société) tant désirée du multiculturalisme. Or, ces liens sociaux vont à contresens du tribalisme moderne.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s