La gestion de la perception

Le pervers narcissique à une forte propension à jouer sur les perceptions afin d’induire la cible en erreur, ainsi que les spectateurs d’un événement. Généralement, il excelle dans l’art de l’illusion, et sais manipuler les apparences, surtout les aspects extérieurs, et superficiels des choses, considéré comme différent de ce qu’est cette chose est en réalité; « en apparence, c’était une bonne personne, mais nous nous sommes vite rendu compte de notre méprise ».

La gestion de la perception (perception management) est une stratégie contrôler qui a pour objectif de réguler et d’influencer les processus d’interprétations, de conclusions et de décision d’un groupe ou d’une personne. Diriger et orienter la perception et la conscience d’un événement (de la réalité ou du principe de réalité) est un élément clef dans la manipulation de la réalité ou des conséquences perçues d’une situation.

Les opérations psychologiques planifiées contre une cible en utilisant des informations spécifiquement conçues pour modeler et influencer le comportement émotionnel ou le raisonnement objectif de la cible sont une stratégie utile dans la démarche de persuasion coercitive. On propose la suivante : « induire ou renforcer des attitudes et comportements étrangers qui favorisent l’atteinte des objectifs pour acheminer des informations choisies vers des audiences étrangères afin d’influencer leurs émotions, mobiles, raisonnement objectif et, finalement, le comportement des gouvernements, organisations, groupes et individus étrangers ».

Les opérations psychologiques sont des techniques utiliser pour influencer les systèmes de valeurs, les systèmes de croyances, les émotions, les motivations, le raisonnement, et le comportement l’audience cible, que ce soit un individu ou une entité groupale. Ces techniques sont utilisées pour induire une confession, ou induire le renforcement d’attitudes ou de comportements favorables aux objectifs de l’auteur ou de l’initiateur des opérations psychologiques.

Le spécialiste de la « Perception Management » et les « opérations psychologiques » s’appuieront sur les failles psychologiques (dont la psychopathologie, les biais, les schémas, etc.) d’un individu pour induire en erreur ce dernier afin de limiter sa capacité décisionnelle. Le cerveau intègre des failles, des erreurs de perception, et des schémas cognitifs plus ou moins fiables. Des biais cognitifs aux erreurs de perception, en passant par les heuristiques, les schémas, les scientifiques ont documenté au cours de la dernière décennie les nombreuses failles de notre manière de traiter les informations formant notre perception de la réalité.

La notion de « prédateur informationnel » regroupe l’ensemble des individus ayant pour objectif de collecter de l’information en provenance de sources humaines pour exploiter celle-ci. Dans la même logique, il est possible de s’interroger sur les moyens sollicités pour obtenir des informations. Selon Egideria[1], en matière de recherche d’informations et d’influence, il existe trois sources d’information à savoir les sources blanches, les sources grises et les sources noires pour obtenir les informations nécessaires et faire le travail de lobbying :

  • « Sources Blanches : ce sont toutes les sources d’informations écrites. La presse, les documents administratifs, les bases de données internes ou en ligne, Internet, etc. Cette information représente une masse énorme, mais elle a relativement peu de valeur. En effet, ce qui a été publié a aussi été lu par le monde entier et apporte peu d’avantages comparatifs. Les professionnels qui pratiquent les sources blanches sont les documentalistes et les informaticiens
  • Sources Grises : ce sont toutes les sources d’informations informelles. C’est l’information non écrite qui est dans la tête des gens. C’est la connaissance plus ou moins explicite contenue dans la tête des collaborateurs de votre entreprise (réseaux internes), la connaissance contenue dans la tête des acteurs du “village professionnel” tels que les clients, fournisseurs, académiques, concurrents, etc. (réseaux externes). La quantité de ces informations est plus faible, mais elles ont une très grande valeur. Les professionnels qui pratiquent les sources grises sont les “réseauteurs” et les spécialistes des techniques d’interview
  • Sources Noires : Ce sont les sources illégales : vol, piratage informatique, écoutes téléphoniques, corruption, chantage, infiltration de personnel, escroquerie, etc. La valeur de ces informations est faible, car elle est réduite par le risque pénal qu’il y a à les utiliser. Les professionnels des sources noires sont les espions qui utilisent des méthodes dures au service de la raison d’État, les anciens espions reconvertis qui continuent ces pratiques au service de particuliers ou d’entreprises privées, et les responsables de la sécurité des entreprises qui cherchent à éviter qu’elles soient utilisées pour l’acquisition de secrets industriels ou d’affaires.[2] »

Sources et références

[1] EGIDERIA est un cabinet œuvrant dans l’intelligence économique français dirigé par M. Yves Michel MARTY.

[2] Source : http://www.egideria.fr

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s